France FRA  

rss

  • rss

2016.11.15 - 

“FONDER SON ENTREPRISE” : 1 FRANÇAIS SUR 2 SE DIT PRÊT !

Pour sa 7ème édition, l’Amway Global Entrepreneurship Report (AGER**) a sondé l’avis du grand public pour évaluer l’esprit d’entreprise. Une étude réalisée par GFK auprès de 50 861 personnes dans 45 pays dont la France.

 DES FRANÇAIS PLUS CONFIANTS ENVERS L’ENTREPRENEURIAT QUE LA MOYENNE MONDIALE

51% des Français sont davantage confiants dans leurs capacités à fonder leur entreprise (+9 pts vs 2015) qu’au niveau mondial (46%). L’entrepreneuriat bénéficie d’une très bonne image en France contrairement aux idées reçues : 79% des sondés ont déclaré avoir une vision positive de l’entrepreneuriat, un chiffre au-dessus de la moyenne mondiale (77%) et de celle européenne (74%).

De plus, les Français sont de moins en moins sensibles à l’opinion des autres puisqu’ils sont 55% à déclarer qu’ils n’abandonneraient pas leur projet de monter une entreprise même si leur entourage s’y opposait : une attitude en forte croissance (+10 pts vs 2015) et supérieure à la moyenne européenne qui est de 48%.

4 FRANÇAIS SUR 10 « S’IMAGINENT MÊME BIEN » DÉMARRER LEUR PROPRE ENTREPRISE

Ce chiffre cache une forte disparité selon les âges : les 35-49 ans sont les plus favorables dans cette démarche à 50%, suivis de près par les moins de 35 ans à 47%, alors que les plus de 50 ans sont les moins motivés à 26%. Le niveau d’études des sondés est un facteur qui accroit la motivation : 48% chez les diplômés (vs 33% chez les non diplômés).

 1 FRANÇAIS SUR 2 AIMERAIT ÊTRE SON PROPRE PATRON

L’accomplissement de soi à 47%, et l’indépendance professionnelle à 49% sont les deux facteurs principaux qui les poussent à vouloir créer leur entreprise… suivis loin derrière par la compatibilité avec la vie personnelle à 19%.

COCORICO ! Plus commerciaux qu’on ne le croit, 56% des Français sont confiants pour trouver leurs propres clients contre 51% en Europe. En France, les diplômés de l’enseignement supérieur sont même à 67% confiants dans leurs capacités commerciales.

DES FEMMES ACCOMPLIES ET DES HOMMES AMBITIEUX

En France, le désir des femmes à monter leur propre business est de 28% (+4pts depuis 2015). Les femmes sont également plus attirées par l’accomplissement de soi à 48% contre 46% pour les hommes et souhaitent une meilleure comptabilité avec leur vie de famille à 22% contre 15% des hommes. 44% des femmes se sentent prêtes en termes de compétences (+9pts vs 2015) et on constate une forte augmentation de la résistance à la pression sociale à 54% (+12pts vs 2015) ce qui les fait presque rattraper la moyenne des hommes.

Quant aux hommes français, ils sont plus ambitieux et indépendants avec des scores en augmentation sur les 3 axes de l’étude : +7% de désir, +9% de faisabilité et +8% de stabilité (résistance à la pression sociale). La différence avec les femmes porte sur le désir de créer (41% contre 28% pour les femmes). Ils sont attirés par une réelle indépendance professionnelle à 53% contre 45% des femmes, et croient davantage en leurs capacités (59% vs 44%) se laissant moins influencer par leur entourage.

UN NOUVEAU MONDE DU TRAVAIL À L’HORIZON, PARTICULIÈREMENT EN FRANCE

45% des Français pensent que les travailleurs indépendants seront plus nombreux dans les 5 prochaines années contre 35% des Européens. Ce sont notamment les moins de 35 ans et les plus de 50 ans à 46% qui sont les plus convaincus que l’entrepreneuriat va augmenter dans les années à venir. Les plus diplômes sont également très confiants à 55%. Cependant les 35-49 ans restent sur leurs gardes : seuls 33% pensent que le nombre d’entrepreneurs va évoluer positivement.

Selon Alain Fayolle, Professeur à l’EM Lyon, Directeur du Centre de Recherche en Entrepreneuriat et Membre du Comité AGER, les résultats de l’enquête 2016 confirment ceux des années précédentes et d’autres études comme le GEM. Le niveau d’intention entrepreneuriale en France est probablement un des plus élevés des pays développés. Les perceptions positives des répondants français, vis-à-vis de l’entrepreneuriat, semblent montrer que les Français sont de plus en plus convaincus que la création d’entreprise correspond à une situation professionnelle désirable et possible dans un environnement national désormais plus favorable.

*AESI: index créé par AGER, est un dérivé de la Théorie du Comportement Planifié d’Icek Ajzen et mesure 3 dimensions qui influencent l’intention réelle d’une personne à se lancer dans la création d’entreprise : le désir, la faisabilité et la stabilité (résistance à la pression sociale). Il combine ces 3 dimensions et permet ainsi de mettre en avant les forces et faiblesses de chaque pays pour entreprendre.

**ETUDE AGER : L’étude AGER 2016 a été conduite par Amway, en partenariat avec l’Université Technique de Munich en Allemagne. Le travail de terrain a été réalisé par l’institut GfK « Gesellschaft fur Konsumforschung ». Les résultats sont partagés avec la communauté scientifique, qui inclut les 46 Conseillers Académiques AGER, et toutes les institutions publiques intéressées. www.amwayentrepreneurshipreport.com


Panel : 1033 personnes interrogées en France d’avril à juillet 2016 45 pays : Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, Chine, Colombie, Corée du Sud, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grande Bretagne, Grèce, Hongrie, Inde, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Lituanie, Malaisie, Mexique, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Slovénie, Slovaquie, Suède, Suisse, Thaïlande, Turquie, Ukraine, USA, Vietnam.

Contact presse:
Amway France
Cecile Purnode
Corporate Affairs Manager

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

The e-mail address will not be published
* Mandatory field

© 2011 Amway Europe. All rights reserved. | www.amway-europe.com |
Connexia